Accueil > Khabarovsk > L’indéchiffrable

  • Vers la place Lénine
  • Passerelle de la place Lénine
  • Poésie grunge des balcons
  • Coin de rue
  • Pente
  • Pente, 2
  • Montagne russe

L’indéchiffrable

lundi 25 février 2008

La rue Mouraviova-Amourskovo est comme une ligne de crête. Des rues transversales en descendent, et si je dis "descendent", ce n’est pas pour de rire, pour remonter. A droite, à gauche, ça plonge. On dirait qu’un type a fait le plan d’une ville sans tenir compte des reliefs. Taillé droit dans la masse. Respecté les angles droits. Partout, des chantiers, des grues, des camions.

C’est indéchiffrable.

Montagne russe

Quand j’étais petite, j’aimais les "montagnes russes" des fêtes foraines : on plongeait, on remontait, on riait, on se cachait les yeux, on criait, et quand ça s’arrêtait, on fourrait le nez dans la jupe de maman, verticale absolue.

Les voilà donc, les montagnes russes ? Les vraies ? Les routes aussi sont comme ça, comme si le plus court chemin d’un point à un autre était la ligne droite.

Couleurs des balcons des immeubles soviétiques : on ne sait pas si c’est fait exprès, ou si c’est le résultat du temps et des saisons. Ces nuances de vert, d’ocre, de jaune. Des immeubles à la Bacon.


Je te laisse découvrir tous ces Googlism pour Khabarovsk